béatC’est article participe à un évènement inter blogueurs : la croisée des blogs. C’est Matt, du blog Acide ici qui a eu cette idée brillante de sujet :

Doit-on progresser pour être heureux ?

 

L’imbécile heureux : mythe ou réalité ?

C’est quoi un imbécile ?

Dans le dictionnaire Hachette, je trouve :

Faible, fragile, débile ou arriéré mental ou sot, dépourvu d’intelligence, d’esprit, de jugement.

Plus largement, on peut aussi dire (que sans déficience intellectuelle notable) l’imbécile,  c’est celui qui ne réfléchi pas et qui ne se pose pas de questions.

 

C’est quoi un être heureux : c’est quelqu’un qui éprouve du bonheur, et donc qui ressent durablement de la satisfaction, de la plénitude. On pourrait aussi dire qu’un être  heureux est quelqu’un qui est satisfait de sa vie.

 

Deux options s’offre alors à nous

 

  1. Se satisfaire de notre vie telle qu’elle est
  2. Améliorer sa vie pour qu’elle corresponde mieux à nos désirs et ainsi atteindre la satisfaction

Dans la première option :

 

Il n’est pas nécessaire de progresser et d’évoluer pour se sentir heureux. Il suffit d’apprécier  ce que l’on vit, ce que l’on a et d’accepter ce que la vie nous présente. Mais ça c’est beau sur le papier (enfin sur l’écran), c’est plus facile à dire qu’à faire. Il faut être un saint, ce qui est peu compatible avec notre  vie d’humain incarné. Ou bien alors peut-être que les “imbéciles” peuvent se contenter de leur vie telle qu’elle est. Ces derniers ne se posent pas de questions, ne rêvent pas d’autres choses.

C’est l’image que nous avons de l’imbécile heureux. Il est vrai que si nous n’imaginons pas qu’une autre vie est possible, il est surement plus facile de se contenter de ce qui est. Cependant dans notre société ultra médiatisée, il est bien difficile de ne pas voir qu’il existe d’autres façon  de vivre !

Mais est-ce vrai que les “imbéciles” sont heureux ? On pourrait le croire pour certains d’entre eux qui affichent une certaine naïveté, une spontanéité, une simplicité qui peut laisser croire que la vie est plus belle pour cette personne que pour vous.

Je ne le pense pas. Pour avoir, au cours de ma carrière d’infirmière, travaillé auprès d’handicapés mentaux, je peux dire que ces personnes souffrent moralement. Elles ont subies des moqueries, on ne leur accorde pas de crédit, elles n’ont pas vraiment de choix dans leur vie et de nos jours ne sont pas reconnues, respectées et intégrées dans la société telles qu’elles sont (il en allait peut-être autrement à une autre époque). Et  elles n’ont pas accès aux ressources que toutes personnes mieux dotées intellectuellement peuvent mobilisées (tels les outils de développement personnel). Et “l’imbécile” n’est pas à l’abri de se créer des soucis comme nous savons si bien le faire.

J’ai rêvé bien des fois d’être une imbécile heureuse dans les périodes difficiles de ma vie, j’avais l’impression que tout aurait été plus facile, mais je me rend bien compte que c’était un leurre.

 

2ème option

Si vous souffrez d’insatisfactions quelles qu’elles soient (finance, travail, famille, amour…) vous avez aussi la possibilité d’améliorer votre vie pour chercher à satisfaire vos désirs et vos besoins.

L’ennui quand on commence à essayer de changer sa vie, c’est qu’il est bien difficile de s’arrêter. On veut toujours améliorer quelque chose (je sais de quoi je parle), alors on peut se demander s’il ne vaut pas mieux se contenter de ce qui est sinon on risque bien d’être toujours insatisfait et malheureux.

Mais d’un autre coté, il est palpitant d’avoir des buts, de mettre en œuvre ce qui est nécessaire pour réussir à atteindre ses objectifs. C’est aussi  l’occasion d’apprendre de nouvelles choses, de nouvelles techniques, de rencontrer de nouvelles personnes, d’apprendre à mieux se connaitre. C’est ce qui met du piment à la vie.

 

Alors reste une troisième option

c’est l’option qui consiste à lier les 2 options précédentes.

C’est à dire avancer, progresser dans sa vie en cherchant à atteindre ses buts tout en appréciant ce qui est déjà.

Vous pouvez chercher à vous épanouir davantage tout en restant bien conscient du bonheur qui est déjà dans votre vie. Vous jouissez déjà d’énormément de satisfaction et il est essentiel de ne pas l’oublier.

D’autre part il est aussi important pour être à la fois en recherche et heureux  de vous rendre compte que le chemin que vous empruntez, que vous découvrez, est à lui seul une source de satisfaction et de bonheur. Le but n’est pas essentiel, mais l’appréciation du cheminement que votre but vous suggère est tout à fait indispensable pour vous sentir heureux. Il est  plaisant de voir ses progrès, ses blocages aussi parfois, de les dépasser, de tirer les enseignements….

 

Et puis je remarque autour de moi que ceux qui apprécient la vie, font aussi du développement personnel sans s’en rendre compte : ils ont cheminé, grâce à des livres, des rencontres, des interrogations, des remises en question,  et ils ont compris les choses essentielles pour mener une vie heureuse. Finalement, il est bien difficile de ne pas progresser dans sa vie, à moins peut-être d’être privé de moyen intellectuel ou alors d’être un c_ _ obstiné.

 

Alors oui oui oui, massivement oui :

il faut progresser pour être heureux  !

Et vous, dites moi donc ce que vous répondriez à cette question dans les commentaires ci-dessous